Explore our brands

Les ponts thermiques - une faiblesse énergétique dans l'enveloppe du bâtiment

Le changement climatique et la demande croissante en énergie exigent une stratégie durable pour accroître l'efficacité énergétique de nos constructions. Depuis plusieurs années, de nombreuses mesures ont donc été mises en place pour réduire la consommation d'énergie des bâtiments. Cela a eu un impact positif : les normes d'isolation ont été renforcées et les besoins énergétiques sensiblement réduits.

À la suite de ces développements, les points faibles de l'enveloppe du bâtiment auxquels on n’a pas remédié sont mis en exergue. C’est le cas des ponts thermiques : leur statut de perturbateurs est mis en avant par la RT2102. À chaque nouvelle réglementation thermique, les exigences en matière d’isolation thermique des bâtiments et de limitation des ponts thermiques augmentent. En effet, mieux un bâtiment est isolé, plus l’influence des ponts thermiques devient importante en pourcentage dans les déperditions énergétiques.

Qu’est- ce que les ponts thermiques?

Un pont thermique est un endroit de l’enveloppe d’un bâtiment où sa résistance thermique n’est pas homogène et qui présente une moindre résistance thermique, donc une plus forte déperdition de chaleur. Les ponts thermiques se situent généralement aux points de raccordement des différentes parties de la construction : nez de planchers, linteaux au-dessus des ouvertures, nez de refends, interfaces dalle / balcon ou terrasse, pourtour des menuiseries extérieures, et dans les zones ou l’isolation thermique est discontinue, pour des raisons de mise en œuvre défectueuse ou de manque de rigueur dans la conception de l’ouvrage.

Différents types de ponts thermiques

On distingue trois types de ponts thermiques :

  • "ponctuels" : ils caractérisent les déperditions à la jonction de trois parois, par exemple : un angle en bas d’une fenêtre.
  • "structurels" : ils caractérisent les déperditions liées a la technique de mise en œuvre d’un isolant (par exemple : isolation par panneaux de laine de verre fixés au mur par fixation mécanique ou posés sur des rails métalliques) ou aux différences de conductivité/d’isolation thermique entre matériaux juxtaposés.
  • "linéaires" ou "linéiques" : les plus connus et aussi les plus importants. Ils sont à l’origine des déperditions thermiques à la jonction de deux parois, par exemple : autour d’une fenêtre.

Effets des ponts thermiques

 En raison d'effets négatifs sur les bâtiments et ses habitants, on retrouve raisons qui incitent à limiter les ponts thermiques.

Conséquences des ponts thermiques :

  • Augmentation des besoins en chauffage et de la consommation d'énergie : L'augmentation des déperditions de chaleur conduit à des températures de surface internes basses. Les surfaces froides rayonnent seulement de petites quantités de chaleur - cela a un effet négatif sur le confort thermique. Ceci est compensé par l'augmentation des besoins énergétiques. La consommation d'énergie augmente !
  • Hygiène de vie inadéquate : L'interaction de l'air chaud et humide sur les surfaces froides conduit à la formation de condensation. Avec la poussière et la pâte à papier peint ou la peinture, c'est un terreau idéal pour les moisissures, et donc la cause de nombreux problèmes de santé potentiels.
  • Risque de dommage structurel : Une condensation constante confère un taux élevé d'humidité permanente dans le bâtiment. Si la structure du bâtiment est infiltrée, cela peut causer des dommages à long terme à la structure du bâtiment, et augmenté la conductivité thermique des composants du bâtiment, donc renforcer encore le pont thermique.

Comment traiter les ponts thermiques

En neuf comme en rénovation, la maîtrise d’œuvre et les entreprises doivent travailler conjointement à minimiser les ponts thermiques.

En effet, il n’est pas possible de construire un bâtiment sans ponts thermiques. En particulier, les ponts thermiques géométriques aux angles des bâtiments ne peuvent pas être complètement évités. Cependant, le nombre de ponts thermiques peut être réduit en utilisant des astuces architecturales.

Les évaluations qualitatives, la planification détaillée et l'expertise technique dans la mise en œuvre peuvent minimiser les effets négatifs des ponts thermiques. L'objectif est d'éviter la chute de la température de surface des parois internes.

L'utilisation de produits isolants pour l'enveloppe du bâtiment contribue également à réduire les pertes d'énergie - il est donc possible de construire un bâtiment économe en énergie malgré quelques ponts thermiques ! Selon Jacek Goehlmann, responsable des services techniques de tremco illbruck Cologne. "Chaque changement de géométrie et de changement de matériaux dans l'enveloppe du bâtiment représente un pont thermique. Cela signifie que chaque joint de fenêtre dans la construction murale est un pont thermique potentiel. Cela ne signifie certainement pas que nous devions nous passer de fenêtres ! La question est donc comment les installer pour assurer une continuité d’isolation thermique. "